Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lorem ipsum (Employé dans la composition et la mise en page avant impression, le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500)

Avis de lecture du 29 /03/2022

1 Mai 2022, 16:12pm

Publié par Pascal Tresson

Avis de lecture du 29/03/22 :

 

Le coût de la virilité, de Lucile Peytavin aux éditions Anne Carrière, est un essai fort intéressant sur ce que coûte moralement mais surtout financièrement l’éducation virile donnée consciemment ou inconsciemment aux garçons par la famille, l’entourage, l’école, les médias et l’ensemble de la société. La démarche scientifique appliquée par l’auteure aboutit à un chiffrage effarant. Pour celles et ceux qui en douteraient, rappelons juste que 84% des auteurs d’accidents de la route mortels, 92% des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes au collège, 86% des mis en cause pour meurtre et 97% des auteurs de violence sexuelles sont des hommes. Il ne s’agit pas ici d’une volonté de « déconstruction » ni de mise en cause du genre masculin dans son essence mais d’une réflexion sur les conséquences dramatiques, pour les hommes comme pour les femmes, des acquis de l’éducation et du poids des conditionnements sociaux. Je ne regrette qu’une chose : il manque un chapitre rappelant la prééminence du rôle des mères dans l’éducation des enfants et donc dans la transmission de ces valeurs nocives. Le féminisme, que je partage depuis toujours, finira bien par s’attaquer à ce point aveugle du combat égalitaire sans quoi il restera une lutte vaine, selon moi.

Par ailleurs, je viens de terminer plusieurs livres d’Éric Vuillard, avec le même enthousiasme tant pour son écriture et son érudition que pour son engagement à remettre en perspective des événements majeurs de l’Histoire : Conquistadors, La bataille d’Occident (origines de la guerre de 14-18), Tristesse de la terre (biographie de Buffalo Bill), 14 juillet, L’ordre du jour (la montée du fascisme en Allemagne encouragée par les industriels ; Prix Goncourt), La guerre des pauvres (révolte des paysans allemands au seizième siècle, 68 pages seulement) et Une sortie honorable dont je vous ai parlé récemment. Un sacré bonhomme et un bel écrivain.

Commenter cet article